LA MULETTE ÉPAISSE : EXCELLENT INDICATEUR DE LA QUALITÉ DE NOS COURS D'EAU

En 2018, dans le cadre des travaux de restauration de continuité écologique de la Hante, la Fédération a lancé une étude relative au peuplement malacole, et plus précisément, sur la recherche d’une espèce protégée : la mulette épaisse (Unio crassus). Suites aux prospections menées par un bureau d’étude spécialisé, ce petit mollusque a été observé sur le site de Bousignies-sur-Roc dans l’emprise des futurs travaux.

LA MULETTE EPAISSE : UNE ESPÈCE PROTÉGÉE

Unio crassus ou Mulette épaisse est un mollusque d’eau douce bivalve de la famille Unionidae. Elle possède, à ce jour, plusieurs surnoms : Moule de ruisseau, Petite moule d’eau douce ou Moule d’eau douce commune.

Ce mollusque a une espérance de vie de 20-30 ans en zone tempérée, et vit jusqu’à environ 90 ans en Europe du Nord dans les régions froides. Il est en forte régression et a déjà disparu d’une grande partie de son aire naturelle de répartition.

Cette espèce protégée figure à l’annexe II de la Directive 92/43 du 21 mai 1992 sur la protection des habitats et des espèces. Les zones appropriées à sa survie doivent donc être désignées comme Zones Spéciales de Conservation (ZSC) destinées à faire partie du réseau Natura 2000 et faire l’objet des mesures de préservation et si nécessaire d’une gestion restauratoire.

L’espèce est également reprise à l’annexe V de cette même directive, ainsi qu’à l’annexe III de la Convention de Berne (ses éventuels prélèvements doivent être limités pour garantir la survie de ses populations).

L’espèce est protégée dans certains pays (ex en France où elle a fait l’objet d’une réglementation nationale) ou dans certaines Régions (Par exemple en Belgique, l’espèce est protégée par la législation wallonne à tous les stades de son développement, ainsi que ses sites de reproduction et habitats naturels).

DES MULETTES ÉPAISSES SUR LA HANTE

Les travaux pouvant entrainer une mortalité des populations, une opération de sauvetage de la mulette épaisse a été effectuée en août 2020 sur le site de Bousignies-sur-Roc, avant le démarrage du chantier.

Une seule mulette vivante a été repérée, mesurée, marquée puis déplacée vers un nouveau site dont les conditions d’habitats sont favorables à son implantation et éloigné de la zone d’emprise des travaux.

Enfin la Fédération poursuivra l’étude sur 3 années consécutives afin d’évaluer l’état de conservation et l’éventuelle colonisation de la mulette épaisse, suite aux travaux de restauration menés.