Alerte braconnage

Démarche à suivre si vous constatez un acte de braconnage sur un cours d’eau ou un plan d’eau.

Le braconnage : un véritable fléau !

Depuis la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques, le réseau associatif de la pêche de loisir s’est vu confier les missions de police de la pêche. L’ensemble du réseau a ainsi été mobilisé pour mener à bien cette mission de surveillance du domaine piscicole.

Pour lutter contre le braconnage, il y a la voie juridique, avec une loi obligeant à relâcher les poissons, la fameuse maille inversée mais on le voit pour la carpe, cela n’empêche pas les transferts illégaux. Surveiller les berges est très compliqué et en plus il faut prendre les fautifs en flagrants délits, autant dire qu’il faut un véritable travail d’enquête ou alors un bon coup de chance pour tomber dessus. Quoiqu’il se passe, il faut absollument prendre le braconnier en flagrant délit, ce qui rend les choses difficiles. C’est malheureusement pour ça que peu de plaintes sont déposées.

Loin des sages pêcheurs adeptes du “no kill” (qui remettent le poisson à l’eau), ces voleurs aquatiques inquiètent les responsables associatifs, dont le patient travail de repeuplement piscicole et d’équilibre écologique est mis à mal. Les conséquences de ces pillages en milieu naturel sont donc catastrophiques.

Et même si transporter des poissons vivants est interdit et passible d’une amende de 22.500 €, des individus peu scrupuleux continuent de pêcher en masse et revendent nos beaux poissons. Ou vont repeupler leurs étangs privés.

Lutter contre le braconnage

Vous êtes nombreux à manifester votre mécontentement sur le braconnage, les fraudes et les incivilités commises sur nos berges ! Tous les jours, nous luttons contre ces pratiques !

Il faut savoir qu’il y a 153 gardes/agents assermentés bénévoles, sur l’ensemble du département du Nord, dont 35 gardes-pêche fédéraux et 4 agents fédéraux salariés, constamment sur les berges ! Cela ne suffit pas encore, nous sommes bien d’accord.

Mais par votre présence au bord de l’eau, c’est vous, pêcheurs, qui pouvaient aussi assurer le rôle de vigie. Ainsi, si vous êtes témoins de l’installation ou relevé de ligne de fonds ou de pêche avec une méthode prohibé (pêche à la main, avec électricité, etc.), n’intervenez pas de suite mais avertissez directement l’OFB (03 27 49 70 54) ou la gendarmerie (17). Relevez aussi tous les éléments permettant d’appréhender les coupables : plaque d’immatriculation, type de véhicule, etc.

Merci de votre aide !

Et après ?

Si vous constatez un acte de braconnage :

Contactez-nous ou appelez le garde compétent du secteur concerné ou l’AAPPMA gestionnaire.

La Fédération de pêche du Nord : 03 27 20 20 54

La Gendarmerie : 17 (24h/24h et 7j/7j)

L’Office Française de la Biodiversité : 03 27 49 70 54

Abonnez-vous à notre newsletter